Relations avec l’Asie : achats ciblés et logistique prévoyante9 min read

Les deux années 2020/2021 ont été une période très complexe pour le commerce et les exportations ; si les pratiques établies ont été bousculées, les nouvelles méthodes risquent également de vaciller face à des problèmes plus importants.

C’est pourquoi les approvisionnements et la logistique sont réétudiés et redéfinis, notamment face aux derniers résultats de la période ; la constitution d’une base solide au sein de son propre écosystème d’entreprise, avec les meilleures pratiques nécessaires pour résoudre des problèmes de cette dimension, devient une exigence de plus en plus importante.
Une lutte avec soi-même pour se hisser parmi les entreprises les plus solides, que MBK et ProduceShop mènent constamment et avec engagement.

Difficultés d’approvisionnement : un concours de circonstances

La crise qui a frappé le secteur de l’approvisionnement en Asie ne peut être attribuée à une seule source ; comme c’est souvent le cas lors de grands bouleversements sociaux, il s’agit d’une simultanéité de situations qui ont conduit à une seule et même direction. Une sorte d’entonnoir tragique qui, à ce jour, provoque une flambée des coûts d’approvisionnement avec pour conséquence la difficulté de trouver de nombreux biens sur les marchés mondiaux.

La première “faute” peut être attribuée à la rareté des matières premières : le premier blocage en 2020 a en effet entraîné un blocage des usines de production en Asie, notamment au niveau de la production de monomères, de polymères et plus généralement de matières plastiques ; l’activité d’extraction dans le secteur des métaux, a ensuite subi un arrêt brutal, provoquant une réaction en chaîne qui affecte même les secteurs spécialisés qui dépendent de cette zone de production (pensez à l’électronique, avec le besoin constant de semi-conducteurs et de composants).

Les conséquences en termes de production :

Nous parlons d’une crise qui, dans le meilleur des cas, a réduit la productivité de secteurs manufacturiers européens entiers avec des pics de pourcentage de 40 % ; d’autres situations, nettement plus incommodes, ont vu les chiffres d’affaires diminuer de plus de moitié. Cela a déclenché un tourbillon d’immobilité à l’échelle mondiale ; il suffit de penser à l’arrêt de production exigé par de nombreux grands noms du secteur automobile et aux conséquences que cette suspension peut avoir sur toute la chaîne de production.

Un deuxième chapitre s’est ajouté à cette situation économique déjà défavorable, à savoir celui que l’on appelle désormais la “crise des conteneurs“. La modification des flux d’exportation qui a vu une préférence pour les exportations vers le Pacifique, étant donné que le marché américain représente, en termes quantitatifs, une part beaucoup plus importante que le marché européen, combinée aux causes déjà mentionnées ci-dessus, a entraîné une diminution drastique de la disponibilité des conteneurs vides, essentiels pour le transport de marchandises.

Il en résulte que les coûts de chargement des quelques conteneurs disponibles sont presque 6 fois plus élevés que les taux d’avant la crise ; nous parlons de chiffres significatifs, qui ont représenté pour certaines entreprises un coup critique à la planification des dépenses d’importation, et par conséquent à tout le calcul du budget interne. Si l’on considère que dans le port de Yantian, l’un des plus importants points de départ de chargement de toute l’Asie de l’Est, un blocus des départs est encore en vigueur et la situation ne fait qu’empirer de jour en jour.

Un entonnoir de plus en plus étroit

Les deux points précédents sont également complétés par des toiles de fond désagréables, qui ont contribué à alimenter une situation déjà critique :

  • la situation pandémique qui n’a pas l’intention de s’estomper ; toujours du côté de Yantian, malgré les démentis continus du gouvernement chinois, des rumeurs courent sur des foyers de la variante Delta du Covid-19 ; cela provoque des retards évidents dans les départs et un engorgement des ports qui ne peut que croître de façon exponentielle ;
  • les cas d’accidents à bord de navires transportant des conteneurs sont de plus en plus fréquents ; perte de matériel en mer, incendies dans les ports, défaillances techniques et manœuvres imprudentes (le cas du navire Ever Given dans le canal de Suez, malgré les pertes incalculables, n’est qu’un petit exemple).

Face à la crise dans son ensemble, les impacts et les réactions des entreprises peuvent être étudiés de différents points de vue ; finalement, on évalue les solutions remarquables et celles plus discutables.

Planification de l’approvisionnement et de la logistique

Il va sans dire que, comme conséquence directe, les différents marchés ont pris un grand coup. Les professionnels de différents secteurs, en plus d’une augmentation constante des coûts, ont vu, d’une part, leurs approvisionnements interrompus complètement ou en grand pourcentage et, d’autre part, leurs délais de livraison allongés. Cette situation économique momentanée a exigé et exige encore l’adoption de mesures extraordinaires ; une planification complète des approvisionnements qui peut abstraire la sécurité des fournisseurs asiatiques pour trouver de nouvelles méthodes et solutions plus proches. À la fois physiquement et temporellement.

Il existe deux opérations principales que le département des achats de MBK, en collaboration avec la section Développement, a transformées et intégrées à travers des logiciels développés en interne :

  1. la prévision et l’intégration de tous les flux d’approvisionnement et l’étude des situations économiques locales ; il s’agit d’une recherche minutieuse des itinéraires commerciaux habituels des principaux fournisseurs. Il faut aussi incluir toutes les variantes possibles et en prévoyant, dans les limites du possible, les éventuels épisodes récurrents défavorables. La deuxième partie concerne l’analyse des situations locales spécifiques dans les lieux d’approvisionnement habituels. Par exemple, les interférences politiques, les crises économiques, les pandémies et les comportements sociaux et de consommation ;
  2. la gestion de la trésorerie et du fonds de roulement en fonction des retards et de l’augmentation des coûts ; il s’agit ici d’une réflexion approfondie sur le capital investi et le capital investissable. Il ne s’agit pas seulement de pouvoir disposer de grandes sommes d’argent ; c’est aussi de pouvoir compter de manière fine et précise quand chaque investissement pourra être remboursé. Par exemple, si avant la crise actuelle le temps d’attente moyen était de trois mois entre le déboursement et le retour, aujourd’hui ces délais fluctuent entre six et neuf mois, gelant ainsi des sommes d’argent non indifférentes. Les conséquences directes de cette situation varient en fonction de la solidité de l’entreprise, bien entendu.
Gestion de l’approvisionnement

Innovation et résultats : le cas de ProduceShop

D’un côté, les petites entreprises ont préféré retenir leurs commandes afin d’éviter d’avoir à investir de gros capitaux dans l’espoir d’un retour (souvent inespéré) ; d’autres entreprises plus stables ont réussi à s’imposer de manière innovante.

Comment ces entreprises ont-elles géré les conséquences d’une situation critique ?
Écoutons ce que Federico Valvasori, directeur financier de MBK – ProduceShop, a à dire sur les procédures suivies par l’entreprise dans cette situation :

“Se retrouver au milieu d’une crise n’était certainement pas facile ni agréable ; cependant, la conscience de devoir s’engager l’a emporté sur le découragement.

Forts d’un système informatique de pointe et d’une équipe de professionnels compétents et dynamiques, nous avons voulu agir en suivant une approche analytique ; à partir de l’examen des données obtenues par des outils et autres applications déjà présents sur le marché, nous avons décidé de créer notre propre solution informatique ; elle intègre les informations et les données de l’entreprise. Le travail mêlé à celui de nos développeurs a donné naissance à une série de logiciels ; ils nous ont permis de nous adapter à la situation générale, non seulement en restant dans la course, mais aussi en améliorant certaines tendances. En effet, compte tenu de la situation économique générale, seule une prévision minutieuse de la marge attendue et de son suivi constant, dans la phase de pré-lancement et de post-lancement du produit, ont permis et permettent encore aujourd’hui, à l’entreprise de poursuivre une croissance à deux chiffres.

Une donnée favorable – poursuit Federico – a été le fait de constater qu’avec la force de nos solutions, contrairement à beaucoup de nos concurrents, nous n’avons pas eu à réduire le flux de commandes importées, réduisant ainsi des investissements qui auraient signifié une baisse du chiffre d’affaires. Une autre conséquence intéressante, compte tenu des difficultés exprimées par certains partenaires asiatiques, a été l’activation ou la réactivation des canaux d’approvisionnement européens. Un choix positif non seulement pour la proximité logistique, mais aussi pour le partage de la vision de l’entreprise”.

En conclusion

L’expérience de ProduceShop a certainement souligné l’importance pour une entreprise de disposer d’un département de développement et d’informatique à la hauteur de la tâche. Le fait de pouvoir travailler sur des systèmes de gestion internes et de pouvoir les adapter à l’évolution des conditions externes garantit un contrôle total et sûr de tous les processus ; avec pour conséquence des économies de ressources et de coûts.
Arriver ensuite à une gestion rationalisée de la logistique, qui peut non seulement calculer les différentes variables, mais aussi réajuster complètement les systèmes et les marchés en fonction des situations individuelles, est une petite révolution dans le contexte actuel.

Grâce à leur savoir-faire numérique et à leur structure agile, des entreprises comme ProduceShop ont réussi non seulement à survivre à une vague de criticité ; ils l’ont aussi traversée et surmontée de manière remarquable. Deux caractéristiques essentielles pour définir en d’autres termes la proactivité de l’entreprise, un concept lié à la manière de voir son activité comme un écosystème de compétences communicantes et pointues, qui collaborent pour ne concevoir que les meilleures solutions.

Sources :
  • Relations publiques d’entreprise
  • Les départements finances et développement informatique de ProduceShop (https://mbkfincom.com/)
  • Ansa
  • Corriere Marittimo
  • Il Sole 24ore – Economia
  • Corriere.it
Share
Copyright 2022 © All rights Reserved - MBK Fincom Sa | Privacy Policy