abbandono ontante economia cashless MBK ProducecShop

Évolution des mœurs, conséquences de la pandémie et situation des pratiques sur Internet : la fin de l’argent liquide et la migration vers des méthodes de paiement numériques.8 min read

L’utilisation de l’argent liquide comme unique moyen de paiement touche lentement à sa fin. Non seulement l’émergence des moyens de paiement numériques (DPM – Digital Payment Methods) entraîne ce medium oeconomicum vers l’obsolescence, mais la situation de la pandémie de ces deux dernières années a contribué également à sa disparition, tant par l’augmentation des achats en ligne que par la dissuasion du contact direct. MBK, impliqué à l’avant-garde de cette question, a réalisé une étude intéressante sur le sujet.

La dématérialisation est l’objectif vers lequel plusieurs pays orientent leur économie.
La transition de l’utilisation de l’argent liquide, tant pour les grosses transactions (plus de 1 000 €) que pour les simples transactions quotidiennes (un café, par exemple), vers les moyens de paiement numériques (cartes et applications) est à l’ordre du jour de plusieurs pays européens et déjà depuis quelques années. Ce qui enflamme plus que tout le débat sur cette transition, ce sont les conséquences. Un système qui met la barre plus haut en matière de contrôle des mouvements et d’échange de données, ainsi que l’abandon d’un moyen de paiement traditionnel et pratique, sont mal vus par une grande partie de la population.

Dans le cadre de l’évolution constante de sa position sur la scène des paiements numériques, MBK a souhaité étudier différents aspects de la question.

Pourquoi allons-nous vers l’abandon de l’argent liquide ?

Comme pour tous les changements d’époque, le passage des paiements en espèces aux paiements numériques s’explique par des raisons spécifiques, allant des besoins fiscaux aux besoins sociaux, en passant par des transformations radicales des processus d’achat.

La nécessité de suivre et de contrôler les mouvements financiers (petits et grands) est peut-être l’un des premiers besoins ; cela permettrait certainement de mettre plus facilement un terme à l’évasion fiscale dans de nombreux pays de l’UE, ainsi que de mettre un terme aux flux d’argent liquide qui alimentent le crime organisé et poussent les pickpockets, les voleurs et les cambrioleurs à agir. En termes de sécurité, il y aurait donc un gain non négligeable ; ce que certains analystes (qui radicalisent la situation) craignent, en revanche, c’est un contrôle disproportionné de la part des banques et du système gouvernemental, qui entraînerait une violation, manifeste ou non, de nombreuses libertés individuelles.

Quelques données

Commençons par les bases : 6 consommateurs sur 10 préfèrent aujourd’hui une carte (de débit, de crédit ou prépayée) à l’argent liquide pour leurs achats ; parmi eux, plus de 85 % utilisent une carte de crédit et environ 81 % une carte de débit. Le nombre de transactions réglées par paiement mobile (services de paiement via des applications) a augmenté de près de 150% ces dernières années. La commodité de disposer de plusieurs solutions sur un seul appareil, de pouvoir partager les dépenses et de personnaliser l’expérience de vente et d’achat s’installe peu à peu dans le cœur d’achat de chacun.

Un accélérateur “naturel” de toute cette situation a sans aucun doute été la pandémie de Covid-19. Si la phobie du contact (qui concerne aussi l’argent) n’a pas particulièrement touché tous les pays européens, les divers fermetures et confinements ont contraint de nombreux acheteurs à faire leurs achats en ligne, et de nombreux détaillants à innover dans ces conditions. Quelque 44,7 % des citoyens de l’UE ont admis avoir presque doublé la fréquence de leurs achats en ligne depuis les premiers confinements. En outre, alors qu’avant la pandémie, le pourcentage d’achats effectués en espèces avoisinait les 80 % (moyenne de l’UE), aujourd’hui, les DPM, que ce soit en version papier ou par applications, sont la méthode privilégiée par près de 53 % des acheteurs.

Pas moins de 8 experts du secteur sur 10 interrogés considèrent que cette combinaison de facteurs accélère l’abandon de l’argent liquide ; quand-même, de manière progressive et à long terme.

Les avantages du DPM

Si les entreprises, les États et les banques ont des raisons évidentes d’opter pour ce type de système, il existe plusieurs raisons pour lesquelles de nombreux consommateurs choisissent des modes de paiement alternatifs à l’argent liquide.

Abandon de l'argent liquide : cashback et autres
Abandon de l’argent liquide : cashback et autres

L’un des avantages les plus importants, encouragé par de nombreux pays et entreprises individuelles, est le cashback ; un petit pourcentage de retour sur la dépense qui vient d’être effectuée qui crée un très haut niveau de fidélité chez les clients. La possibilité de contrôler l’ensemble de sa situation économique et financière par le biais d’applications de paiement et de services bancaires mobiles n’est pas à sous-estimer. Au fil des ans, de nombreux consommateurs ont attribué l’absence de calcul du montant à retirer à une politique d’épargne personnelle incorrecte. En outre, de nombreuses applications de ces deux catégories permettent de fixer des limites de dépenses et de retrait.

La contribution du e-commerce

On voit un paysage qui tend vers un virage de plus en plus numérique et différemment orienté vers le commerce direct et l’échange d’argent ; pour ça, le commerce en ligne est le marché clé sur lequel il faut jouer.

Nous avons demandé à Luca M., spécialiste financier junior chez MBK, de nous donner un aperçu du phénomène du point de vue d’une marketplace comme ProduceShop :

“Chaque chaîne est aussi forte que son maillon le plus faible : comme nous avons donc des dizaines de milliers d’échanges avec les utilisateurs chaque jour, qu’ils soient entrants ou sortants, nous, ProduceShop, sommes les premiers à avoir un intérêt à collaborer avec des fournisseurs de DPM qui peuvent protéger et fournir des garanties pour chacune de ces transactions ; ainsi que fournir un système transparent et fonctionnel qui peut être facilement intégré par nos systèmes. Sinon, ce serait comme se fier à une logistique de mauvaise qualité pour la préparation des commandes.

En outre, poursuit Luca, nous ne devons pas ignorer les implications du DPM en termes de neuromarketing et de traitement des préjugés des clients ; l’argent numérique est toujours là, c’est un actif intangible que le client moyen perçoit comme inépuisable ou facilement récupérable. Sur ce terrain, une stratégie de vente croisée appropriée peut parfois augmenter considérablement le panier d’achat, en s’éloignant souvent de l’intention initiale de l’acheteur.”

Implications sociales

Comme il s’agit d’un changement d’époque (bien que lent), il est clair que les conséquences sociales sont assez importantes ; en s’éloignant d’un mode de paiement presque aussi vieux que la société elle-même, de nombreuses couches de la population, notamment celles qui ne sont pas enclines au changement numérique sont encore réticentes.

Alors que pour beaucoup les transactions numériques sont désormais la norme, pour beaucoup d’autres, la valeur de l’argent est liée à sa présence matérielle ; un compte en ligne est encore considéré par beaucoup comme quelque chose de trop dématérialisé, inexistant, avec tous les risques qui pourraient en résulter.

Par ailleurs, trop de commerçants ne tiennent toujours pas compte de l’évolution des moyens de paiement (et de la législation en la matière) ; on entend encore trop souvent “Pas de TPE pour si peu“, ou “Je ne connais pas cette application“. Une éducation numérique appropriée, qui est le grand fléau d’une grande partie de l’Europe méditerranéenne, devrait également être mise en place dans cette catégorie.

DPM : systèmes de paiement avec application mobile vs argent liquide
DPM : systèmes de paiement avec application mobile

Enfin, une brève considération du groupe d’acheteurs qui couvre les Last Millennials et GenZ.
Le fait que nous soyons déjà à une époque où non seulement les paiements numériques existent, mais où ils deviennent lentement la norme, conduit à une relation presque “nostalgique” avec l’argent liquide ; il est considéré comme une ressource du passé, quelque chose de lié aux anciennes générations, une garantie de richesse presque cinématographique. Le risque, toutefois, est que ce segment d’utilisateurs perde le contact avec la véritable valeur de l’argent ; la banalisation de la transaction mise en œuvre dans les différents RPG et jeux en ligne rend donc encore plus floue la limite de reconnaissance de la vraie monnaie. Tout ça entraîne un sentiment général de perte de contact avec l’argent et ses implications.

En conclusion

Comme indiqué plus haut, il est impossible de supprimer complètement un mode d’échange aussi ancien que la société ; le passage de l’argent liquide à une économie 100% numérique reste donc, sinon une utopie, un long chemin à parcourir, ne serait-ce qu’en raison de toutes les implications sociales.

Ce qui peut faire la différence, dans ce cas, c’est une seule chose ; continuer à travailler sur des systèmes de paiement numériques de plus en plus sûrs et fonctionnels. L’apport “marketing” qu’une plateforme comme ProduceShop peut donner, en plus du service, est la garantie de qualité que les clients peuvent constater d’eux-mêmes, donnant ainsi de plus en plus de crédit aux différents DPM.

Sources :
  • PR Aziendali
  • Département Finance ProduceShop
  • Département Marketing Produceshop (https://mbkfincom.com)
  • Il Sole 24Ore
  • DataManager.it
  • N26
  • AFR
  • La Libre
  • Deloitte
  • CCV.eu
  • Corriere – Finance
Share
Copyright 2022 © All rights Reserved - MBK Fincom Sa | Privacy Policy